Saturday, July 18, 2009

Bon ben...

...ça y est. Au moment où j'écris ces lignes, A. est parti à la clinique avec Saturne. J'ai serré mon gros minou dans mes bras et je lui ai donné une grosse poignée des croquettes qu'il aime tant. Je me disais que ça serait un "adieu" au goût de Saturne.

Je ne pensais jamais perdre deux chats comme ça, back-à-back. 4 mois, seulement, nous séparent du décès de Bastet. Mais bon... La vie, c'est plate comme ça, des fois.

Ça fait longtemps qu'il est malade, Saturne. Y'a plein de gens autour de moi qui n'en revienne pas qu'on ait tenu en vie aussi longtemps, A. et moi.

Ce qui est le plus difficile, dans tout ça, c'est que c'est la deuxième fois qu'il faut passer par là. Il y a un mois, notre gros minou n'était vraiment pas bien. Une visite chez le vet plus tard, et on apprend qu'il est en train de développer une intolérance à sa nourriture hypo-allergène. Faut encore le changer de bouffe; cette fois on lui donne une nourriture de protéine hydrolisée (un bien grand mot pour dire que les protéines dans cette bouffe sont dénaturées, de cette façon le système du chat ne peut les identifier et donc cela n'entraîne pas d'intolérance). La vet qu'on voit à ce moment-là ne nous dépeint pas un trop beau portrait. Saturne fait une infection des intestins, causée par son incapacité à digérer les aliments qu'il ingurgite, et il va falloir lui donner des antibiotique. On lui prescrit aussi un anti-allergène, pour aider le passage à la nouvelle bouffe. Mais si ça ça ne fonctionne pas, et bien, c'est sûrement qu'il y a un plus gros problème latent, genre un problème au foie ou au pancréas.

On repart avec pilules et bouffe hydrolisée. Saturne retrouve l'appétit, et cesse d'être malade. On se dit : "Ouf!".

Trois semaines plus tard, notre chat recommence à être malade. Et pire qu'avant. A. et moi, on s'inquiète. Le pancréas ou le foie? La vet nous a clairement dit que pour faire un diagnostic approprié, il faudrait opérer Saturne, mais à l'âge qu'il a, il pourrait très bien ne jamais se remettre d'une telle chirurgie. Et c'est très onéreux comme procédure. Bref, on avait l'impression que la vet nous disait : "Si les médicaments ne marchent pas, à moins que vous vouliez risquer beaucoup et mettre beaucoup d'argent sur le chat, il n'y aurait probablement pas d'autre choix que d'abréger ses souffrances. Comme si elle voulait nous préparer au pire...

On parle beaucoup, A. et moi. On prend notre décision. On l'amène chez le vet et on demande à ce qu'il soit euthanasié. C'est terrible, prendre ce genre de décision. Surtout que, lorsqu'il n'a pas de crises de vomissements, Saturne a l'air en pleine forme.

Mercredi, je passe l'après-midi avec Saturne. Chaque fois qu'il vient me coller, je suis toute à l'envers. Je vous jure que j'ai été horriblement improductive cette journée là. Un moment, je suis même aller m'étendre. Pas parce que j'étais fatiguée (je pouvais pas dormir!), mais parce que je savais que Saturne viendrait avec moi et se nicherait contre mon épaule pour faire la sieste en ma compagnie. C'est effectivement ce qu'il a fait.

C'est une fois chez le vet que ça dérape. On ne voit pas la vet de l'autre fois, mais un autre homme que l'on a déjà vu une fois (c'est lui qui a endormi Bastet). Lorsqu'on lui raconte comment est Saturne, il se montre terriblement réfractaire à l'idée de l'euthanasie. "Vous avez là un animal qui est en pleine forme si on réussi à contrôler ses vomissements. Et il a bien répondu à la médication, au début. Si on augmente la dose, je vous garantis qu'il va se replacer. J'ai en ce moment même, à l'arrière, un chat qui a le même genre de problème, et qui survit depuis 3-4 ans depuis qu'il est sur médication".

Moi je ne veux pas. Ça fait plein de fois qu'on essaie de guérir/contrôler les symptômes de Saturne, et ça ne marche jamais longtemps. Je ne suis plus capable de me taper l'inquiétude à savoir si mon chat peut vivre encore un peu ou s'il est condamné, et je ne veux plus souffrir les désagréments qui accompagne la maladie de Saturne (être chroniquement réveillée par un chat qui vomit partout, ça dure un temps mais après un moment...). En plus, s'il faut le médicamenter indéfiniment, ça veut dire que s'il saute une journée de médication, il va être malade. Or, nous, on a de la famille et des ami(e)s un peu partout dans la province (et même en Ontario!) et ça n'est pas rare qu'on passe une fin de semaine à l'extérieur. Qu'est-ce qui va arriver dans ces cas-là? On va revenir à l'appart et Saturne va avoir été malade à chaque fois?

[Je viens d'avoir un appel d'A. Il y a eu une urgence à la clinique et il va devoir attendre plus longtemps que prévu avant de pouvoir passer. Tournons le fer dans la plaie encore un peu! ;oP]

Sauf que le vet insiste. "Mais si! Mais si! Vous allez voir! Vous n'allez quand même pas détruire un animal qui a encore de belles années devant soi"! Et à côté, j'ai mon A., les larmes aux yeux, qui voit une chance de sauver son chat. Celui qui est né chez lui, qu'il adore et qu'il voudrait garder encore. Alors il cède, mon tendre époux. Et mes objections sont perdues dans les recommandations du vet...

On revient à la maison avec Saturne. Je suis en colère. Je ne veux pas y croire. Pas question d'avoir encore de faux espoirs. Ça ne fonctionnera pas, j'en suis certaine! Une fois à la maison, d'ailleurs, A. a lui-même des doutes. Le soir, il regrette de s'être laissé influencer par le vet. "Au fond, me dit-il, je me rends compte que moi aussi, je voulais que ça finisse, tout ça. Je regarde Saturne et j'ai l'impression que j'aimerais mieux qu'il ne soit plus là".

Jeudi et vendredi passent, et Saturne semble aller pas trop mal. Il a pas beaucoup d'appétit, mais bon... Le vet a dit à A. que ça lui prendrait peut-être quelques jours avant de redevenir vigoureux, et qu'il serait probablement encore un peu malade, mais que ça finirait par passer.

Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est là que ça merde vraiment. Saturne a deux crises et est malade à 7-8 reprises. C'est la goutte d'eau d'un vase qui déborde déjà. Fuck les histoires du vet! Saturne est pas juste malade parce qu'il "s'adapte à la médication". On ne parle pas ici d'un chat qui vomit un peu de bile; je ne sais même pas comment mon chat fait pour expulser tout ça de son corps! En plus, après tout ça, Saturne est tout bizarre. Il se couche sur le sol, dans une position qu'il n'adopte jamais, et il est terriblement amorphe. C'est clair qu'il souffre. "Demain, je retourne à la clinique et on met une halte à tout ça" me dit A..

Alors voilà, c'est aujourd'hui que ça se passe. A. y est en ce moment même. Pauvre A. qui doit en plus travailler ce soir! Ça ne sera pas facile...

Pour nous changer les idées, on est allé dîner chez ma soeur à son nouvel appart, dans lequel elle a enfin pu emménager (on dîne à 14h, parce qu'on est un peu déphasé avec la nuit qu'on a passé; je me suis d'ailleurs réveillée en sursaut super tôt ce matin, rêvant que je me faisais piquer la gorge par une guêpe furieuse... Pas la nuit la plus reposante). Ça me donne l'occasion de rencontrer Wops, le nouveau petit Boston terrier que ma soeur s'est acheté. Il est ultra mignon! Blanc et noir, il possède un trait hyper particulier : il a un oeil brun et l'autre bleu. Ça lui donne tout un regard. J'ai aussi découvert qu'il avait une forte envie de dévorer mes lobes d'oreilles! Il est tout petit (8 semaines aujourd'hui!) et fait ses dents de bébé. Il est malhabile sur ses pattes, et sa progression acrobatique sur les divans de ma soeur me fait rire aux éclats. Ça fait du bien de rire comme ça aujourd'hui.

Alors voilà, en gros, l'histoire de la fin de Saturne. J'espère seulement qu'A. va pouvoir passer avant de devoir rentrer travailler. Ça aurait pas de bon sang qu'il doive revenir ici et retourner là-bas demain. Et bien évidemment, il veut être là au moment où ça se passe. C'est son chat, après tout. Et aussi, je sais qu'il se sent coupable d'avoir cédé mercredi, et qu'il voulait à tout prix m'éviter de devoir revivre le stress de la pré-euthanasie.

Ce qui me choque le plus dans toute cette histoire (et je répète ici que je me doute bien que je m'acharne dans la colère parce que c'est moins difficile comme ça; ça fait oublier la peine), c'est l'attitude du Dr. C., le vet qu'on a vu la 2e fois et qui a convaincu A. de revenir avec Saturne. Je sais que pour certaine personne, la vie d'un animal est aussi importante que celle d'un être humain. Je ne suis pas d'accord (je refuse qu'on fasse souffrir gratuitement un animal, mais l'acharnement thérapeutique sur les animaux de compagnie et l'antropomorphisation, ça me fait salement grincer des dents). Je considère que sacrifier la qualité de vie de quelqu'un pour garder en vie un animal malade, c'est pas correct. Et c'est l'impression que j'avais avec Saturne les derniers temps. Et là, me faire traiter avec quasi-condescendance par le vet comme une "madame-qui-capote-pour-rien", voire comme une égoïste irresponsable qui ne veut pas laisser vivre son chat parce que ça lui cause quelques désagréments... J'ai vraiment pas apprécié. Notre décision était prise, et il aurait dû la respecter. Après tout, ça faisait longtemps qu'on faisait des sacrifices pour Saturne, et puis, il avait quand même 13 ans! Y'a plein de chats qui se rendent même pas là! Dans la nature, il serait mort depuis longtemps, notre Saturne. Je dis pas, si ça avait été un jeune chat de 2 ans qui avait effectivement la possibilité de vivre longtemps encore... Et même à ça. Médicamenter un animal pour le reste de ces jours, je sais pas...

Il est probablement encore trop tôt pour en parler, mais je ne sais pas si on va le remplacer. J'ai été tellement échaudée dans cette histoire que j'arrête pas de dire que je ne veux plus jamais de chat! Il me reste ma petite (grosse! ;)) Calypso, et ça va rester comme ça. J'imagine qu'une fois le deuil passé, je vais changer d'idée, mais en ce moment, je suis vraiment trop blessée et révoltée.

Je me demande aussi comment Calypso va réagir. À la connaître comme on la connaît, je me demande même si elle va seulement avoir une réaction à la disparition de Saturne. Avec sa mémoire et son Q.I. de poisson rouge, on est en droit de se le demander! Elle est déjà toute confuse parce que j'ai changé son plat de bouffe de place (Saturne parti, plus besoin que la bouffe de Calypso soit hors de portée du gros). Pauvre Calypso, je lui fait vraiment toute une réputation! Mais bon... Elle est tellement mignonne! ;) En tout cas, elle va avoir dans les prochains jours plus d'affection que ce qu'elle est capable d'en prendre, j'ai l'impression...

5 comments:

AM (Yamp) said...

C'est fini. Alex vient de passer par la maison avant de partir travailler. Il me disait qu'au final, il était pas mécontent que son rendez-vous ait été retardé par l'urgence, parce qu'il a pu prendre du bon temps avec Saturne pendant qu'il attendait. Il s'est installé dans la salle d'attente face à la fenêtre, avec Saturne sur les genoux, et ils ont regardés ensemble ce qui se passait dehors. Ça a l'air que notre gros minou était fasciné par les mousses de peuplier qui étaient transportées par le vent...

Christine said...

Ça me fait beaucoup de peine de savoir que Saturne n'est plus, c'était vraiment un chat attachant! Et je comprend ta colère envers le vet, il semblait vraiment très malade le pauvre chat... Je penses à vous deux très fort, peu-être que les ondes positives sont capable de faire des voyages trans-atlantiques...

dannytrobu said...

Repose en paix au paradis des chats, Saturne!

Mimi said...

Anne-Marie, je t'envois un Gros Câlin à toi et à Alex. Je ne connais pas votre peine mais je sais à quel point vous étiez attaché à vos deux amours.

Comme dit Danny, Saturne est au paradis des minous avec sa soeur.

xoxoxoxo

Cédric said...

Tu as pris la bonne décision je crois avec A. ... Ce vétérinaire est bien étrange de juger ainsi ... Enfin bref ... Tu n'es pas un monstre ! Loin de là ... Allez courage à toi et à bientôt.