Thursday, September 23, 2010

Statistic...

Thursday, September 9, 2010

If I could just sleep...

J'insomnise. Ça faisait un bout de temps, quand même. Reste que j'ai toujours plus ou moins espoir que chaque fois que ça se calme, ça arrête pour de bon...

J'ai l'esprit en ébullition, ces jours-ci. Ça doit sûrement pas aider. Je pense à plein de choses. Des trucs persos que je ne coucherai pas ici. Parce que je sais bien que y'a des choses que les gens ont pas envie de savoir. J'ai appris de Facebook, quoi! ;)

Y'a d'autres trucs dont je peux discuter et qui seront peut-être d'un quelconque intérêt. Par exemple, je suis en train à la fois de lire et d'écouter à la télé la série "True Blood". (Cette phrase contient des *SPOILERS*!)Et en rétrospect, écouter cette série quand on est sans nouvelles de sa grand-mère qui est à l'hôpital, ça n'était pas la meilleure des idées! ;oP

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas, "True Blood" est, vous l'aurez deviné, une série sur les vampires. À date, il y a 10 livres et au moins un recueil de nouvelles. À la télé, la troisième saison vient de se terminer. Côté lecture, je commence le 4e tome, et à la télé, je n'ai pas tout à fait terminé l'écoute de la première saison.

À date, contrairement à mon habitude, je pense que j'aime mieux la série télévisée (peut-être parce que j'y ai été introduite en premier?). Il faut dire que les livres sont écrits comme si c'était le personnage principal qui les narrait, et que c'est un style d'écriture qui me plaît moins. L'histoire des romans est donc raconté d'un seul point de vu et se concentre vraiment sur les péripéties du personnage de Sookie Stackhouse, limitant le développement des personnages secondaires. La série, quand à elle, développe tout un petit monde autour de Stackhouse, et ajoute énormément (trop?) de chair autour de la trame principale.

Comment décrire "True Blood"? J'oserais dire qu'il s'agit d'un "Twilight" pour adulte. Attention, je parle ici des livres, parce que la série télé est définitivement pour adulte! Quand j'ai commencé à l'écouter, on m'a prévenu que c'était "cru". Cru, ça l'est effectivement beaucoup, mais l'histoire se passe dans un contexte particulier, c'est-à-dire dans un petit village au fin fond de la Louisiane, où la population n'est pas très éduquée, pas très favorisée matériellement, et où le fanatisme religieux et la débauche se côtoient et se disputent tous les jours. Donc, on s'y attend, et ça va dans l'ambiance et dans l'histoire. Y'a du sexe et de la violence, mais c'est pas "gratuit". (Pour ceux qui se souviennent de mes des reproches des nombreuses scènes de sexe dans "Battlestar Galactica", sachez que ce qui m'énervait dans cette série, c'est qu'à presque tous les épisodes de la première saison, on avait droit à la grosse scène de baise avec la pétasse blonde en robe rouge moulante, et que ça avait juste tellement l'air plaqué là pour les cotes d'écoute que je trouvais que ç'en était insultant pour l'auditoire : "Bon, on a besoin d'audience alors, on va mettre ben de la baise avec une pitoune, et on trouvera ben un moyen de faire fiter ça dans l'histoire d'ici la fin de la série...)

Pour en revenir aux livres, ils ont bien des passages assez "chaud", mais on reste généralement plus dans le roman harlequin que dans le côté lubrique de la série télé. Question histoire, la prémisse est assez simple : dans notre monde moderne, les vampires se sont révélés au grand jour (enfin...). L'invention d'un sang de synthèse qui leur permet dorénavant de survivre sans avoir besoin de sang humain les a poussé à se déclarer, et les vampires tentent maintenant de s'intégrer dans la société humaine. Cette situation engendre bien sûr son lot de problèmes et de complications. Mais cette trame n'est que la toile de fond. Le personnage principale de la série est une serveuse nommée Sookie Stackhouse qui est affublée depuis sa plus tendre enfance de dons télépathiques sur lesquels elle n'a pas tout à fait le contrôle. Cette "infirmité" l'a plus ou moins condamné à l'isolement social. Or, lorsque Sookie rencontre son premier vampire, elle découvre qu'elle ne peut lire dans ses pensées, et cette soudaine paix se transforme en attraction irrésistible. Mais sortir avec un vampire dans un petit village n'est peut-être pas une si bonne idée...

Personnellement, j'ai bien aimé le premier livre. Ça n'a rien de la grande littérature, et y'a bien deux ou trois petits trucs qui m'ont agacés, mais c'est le genre de livre divertissant qu'on lit juste pour le plaisir. Bon, j'avais vu venir la fin à la moitié du livre (et encore), mais comme ça m'arrive tout le temps, je n'y prends pas ombrage. L'histoire est cousue de fil blanc, le personnage de Sookie Stackhouse est un peu naïf, mais on sent que l'auteur à une idée bien ficeler du monde qu'elle s'est inventée, et on y croit. On a même l'impression que le livre met déjà en place les éléments d'une éventuelle suite, et on est curieux de voir ce qui va se passer. Je dois malheureusement avouer que le deuxième livre m'a déçu. Je l'ai lu rapidement, surtout parce que je voulais l'achever pour essayer de continuer la série. L'histoire s'éparpille et on nous présente de nouveaux personnages qui nous font ni chaud ni froid. L'histoire d'amour du premier livre s'égraine déjà. Le côté fantastique devient un peu gros à avaler...

[Je fais ici une parenthèse pour discuter d'un point. A. et moi on s'en faisait la remarque, justement. J'imagine que ce que je vais dire ici est un peu un SPOILER alors, si vous voulez vous garder toutes les surprises, arrêter de lire ici! ;) En fait, j'aime bien l'idée d'un monde où la population de la terre apprend soudainement que les vampires existent bel et bien. Or, comme dans toutes les histoires où un élément fantastique se révèle vérédique, on apprend qu'à peu près tout ce qu'il y a de fantasque existe vraiment. Ainsi, on rencontre loup-garous, gobelins, ménades, etc. Et A. et moi on se disait : "pourquoi"? Pourquoi il ne peut pas y avoir que les vampires qui existent? Pourquoi ça prend absolument tout le reste? Me semble que ça perd une partie de sa crédibilité quand y'a trop de trucs surnaturels qui se pointent tout le temps. Ça avait son charme dans "Buffy" parce qu'on ne se prenait pas trop au sérieux, mais pour le reste...?]

J'ai bien aimé le troisième livre. On a perdu le côté naïf du premier livre, mais l'histoire, plus complexe, évolue judicieusement en s'assombrissant. Les chicanes de couples s'intègrent mieux à l'histoire et n'ont pas l'air plaqué là. Le tout est plus fluide. On retrouve un peu d'humour. La fin s'éternise un peu, mais c'est le seul point vraiment négatif.

Pour ce qui est de la série télé, et bien, j'ai peu de choses à ajouter à ce que j'ai dit plus haut. L'histoire est plus diversifiée, les personnages sont plus développés, et l'ambiance "trou-de-la-Louisiane" fait sourire. Le personnage du vampire principal est plus intéressant dans la série, quoique l'on semble se dirigé de plus en plus vers le stéréotype du héros tourmenté, et ça, j'aime vraiment moins. Déjà que j'ai dû endurer le personnage de Jack dans "Lost" pendant 6 saisons! Mais bon, comme il y a d'autres personnages autour qui sont aussi développés, même si le personnage de Bill Compton est moins intéressant, j'ai quelque chose sur lequel me rabattre.

À date, j'en suis là. J'ai hâte de lire le 4e tome (qui est supposé être le meilleur) et de finir la première saison de la série télé. Je vais voir après si je poursuis l'aventure... :)

Tuesday, September 7, 2010

Coups de coeur...

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore (et qui ne savent donc pas ce qu'ils perdent), j'aimerais d'abord vous présenter Shaun le mouton. D'abord apparu dans les aventures de Wallace et Grommit, Shaun a maintenant sa propre série télévisée! On y retrouve le même humour bon enfant que dans W&G, et le même charme du stop-motion. C'est tout mignon et ça fait sourire. Tout le monde aime Shaun le mouton!




Et pour ceux et celles qui ont des chats, il faut connaître Simon's cat. J'écoute ça et je revois Saturne, et j'y reconnais un peu ma Paprika. :) J'ai mis ici la vidéo la plus récente, mais je vous invite à toutes les regarder! :)

Monday, September 6, 2010

Ne manque que l'harmonica...

Wednesday, September 1, 2010

Des News!

Hello!

C'est le temps des vacances et j'en profite au max. A. et moi on a fait un superbe voyage au Nouveau-Brunswick (les photos devraient arriver sur Facebook la semaine prochaine). Cette semaine, c'est plus de la relaxation qui est au programme.

Avec la canicule, j'ai enfin réussi à convaincre A. de nous acheter une clim. Bien que j'adore notre petit appart, on a toujours eu de la misère avec la chaleur. En fait, c'est qu'avec la façon dont il est orienté, pas moyen de créer une circulation d'air (même avec la fan!). L'air y reste donc stagnant et humide. Faut aussi dire que les fenêtres ouvertes, y'a tout le pollen d'herbe à poux qui entre, et yours truly en a marre d'éternuer! Depuis que le règlement municipal qui imposait une amende aux gens qui avait de l'herbe à poux sur leur terrain a été aboli v'là une couple d'année, c'est pire que pire à la fin août.

Et puis, c'est peut-être moi qui devient de plus en plus sensible à la chaleur, mais il me semble que d'année en année, ça empire. Restait le sous-sol pour se rafraîchir, mais avec notre récente invasion de créatures des profondeurs, j'ai plus ou moins envie d'y mettre les pieds (nus). Alors, une source alternative de fraîcheur était la bienvenue.

Hier après-midi donc, A. est allé au Pneu Canadien et nous a ramené un climatiseur. Il l'a installé sans encombres, et on a rapidement constaté ses bienfaits. C'est pas tant qu'il fait frais, mais c'est teeeeeeellement moins humide! Et avec le filtre à air, ça aide pour le pollen! ;)

Le soir, notre petite Calypso a découvert qu'elle avait peur du climatiseur. Quand on l'a mis en marche dans l'après-midi, elle n'avait pourtant pas fait de cas de la nouvelle machine, mais là, subitement, elle a décidé qu'elle n'aimait plus cet engin qui fait du bruit! Ses miaulements terrifiés n'ont ému personne, pauvre petite! Ce matin non plus, son petit cirque n'impressionne pas. Elle s'est un peu calmée, et j'espère qu'elle va s'y habituer. C'est juste pour quelques jours, au moins. Après, elle aura un break jusqu'au printemps! ;)

Ma grand-maman est à l'hôpital. Pneumonie. Encore. Cette fois, c'est un peu moins sérieux que l'an passé, mais ça reste inquiétant. Son docteur a osé lui dire qu'il faudrait peut-être qu'elle songe à arrêter de fumer, parce qu'à une pneumonie par année, elle ne survivrait pas longtemps. Contrairement à ce que l'on pensait, elle a accueilli l'idée avec une certaine ouverture d'esprit. J'espère qu'elle va arrêter, parce que je veux la garder encore longtemps avec moi!

En fin de semaine, c'est le mariage de ma marraine. Ça va faire drôle de revoir la famille dans ces circonstances après la mort subite de mon oncle il y a moins d'un mois. J'ai l'impression que la journée va être doublement chargé d'émotions. D'ailleurs, quand mon oncle est mort, c'est à ma marraine que j'ai pensé le plus. Parce que je pouvais difficilement m'imaginer ce qu'aurait été mon mariage si je n'avais pas eu mon frère avec moi...

Pour l'occasion, je me suis acheté une nouvelle robe. Elle est belle, mais pas vraiment dans le style que je porte habituellement. Ça me fait un peu bizarre de la porter, mais je voulais quelque de beau à me mettre pour l'occasion! En plus, j'ai acheté mes premiers souliers à talons hauts pour porter avec. À 32 ans, vous imaginez ça? Ils ne sont pas très haut, tout de même, et j'ai pas de misère à marcher avec, mais ça me fait tout drôle quand même!

J'ai découvert un nouveau site culinaire. Ça s'appelle simplement Saveur.com (très original, je le concède). Les recettes sur le site sont bien, mais ce que j'aime, c'est que c'est un genre de portail vers d'autres sites de cuisine. Parce que ces derniers temps, quand je cherchais de nouvelles places pour aller cueillir des recettes, je tombais seulement sur des trucs assez ordinaires (des recettes peu intéressantes, pas ou peu de photographie, des ingrédients bâtards...). En allant sur Saveur.com, j'ai déjà découvert deux blogues culinaires que je veux suivre, et je m'attends à en découvrir d'autres! Hurray! :)

Parlant de "Hurray!", vous connaissez mon affection pour le site That Guy With The Glasses.com? En fait, je voyais l'autre jour le preview du film "The Expendables" et je me disais : "Ça, ça doit VRAIMENT pas être mon genre de film". Le Bum Review qui est sorti dans les jours qui ont suivis confirme allègrement mes soupçons (de même que la critique de la Cyberpresse). J'ai vraiment ri, aussi, je vous laisse en compagnie de Chester A. Bum :

Monday, August 2, 2010

Coïncidences...

La semaine passée, mon oncle Maurice est mort. Techniquement, c'est plutôt le frère de la soeur adoptif de ma mère, mais dans les faits, c'était pas mal comme un oncle pour moi. J'ai appris son décès dimanche matin. Ça m'a fait tout un choc. De ce que je croyais, il était en pleine santé. Il avait 54 ans...

Il ne s'est pas présenté à sa job vendredi, et il ne répondait pas à son téléphone. Il n'avait prévenu personne, et ça n'était pas son genre. Quand il n'est pas rentré au boulot samedi, l'inquiétude a grimpé d'un cran. C'est mon cousin, qui avait une clé de l'appart de Maurice, qui l'a trouvé. On ne sait pas ce qui s'est passé. Crise cardiaque? Il va y avoir autopsie. On en saura peut-être plus long après?

Y'a vraiment une panoplie d'histoires du genre dans la famille de ma mère. On dirait qu'on a la poisse, de ce côté-là. Noyades (si si, au pluriel), hypothermie, strangulation, incinération, amputation, disparition... Sans compter les ravages de la tuberculose. La poisse, je vous dit... :oP

Mais bon... Je diverge de mon idée de coïncidences. Je ne veux pas parler ici de hantises ou de signes ou d'autres trucs du genre. Une coïncidence, c'est une coïncidence. Rien de plus. On a tendance à les remarquer parce que notre esprit d'être humain est conçu pour faire des liens, pour créé des associations. Y'a rien de métaphysique là-dedans! Reste que ça nous frappe...

Vendredi, on a eu la visite de nos amis S. et C., de Victoriaville. On a passé la soirée ensemble, et on est ensuite allé les reconduire jusqu'au métro. En revenant vers la maison, A. et moi on est passé devant un nouvel atelier dans le quartier. Un type qui restaure des meubles, principalement des antiquités. Comme l'oncle Maurice. Dans ma tête, je me suis justement dit : "Tiens, serait-ce un compétiteur de Maurice? Je me demande s'il est venu s'installer si près de son atelier par dessein?". Croyez-moi, je ne pense pas à mon oncle tous les jours. Je n'y pense pas assez souvent, certains diront. Mais vendredi soir, il était dans mes pensées. Et à ce moment-là, il était déjà mort. Je sais pas pourquoi cette idée ne cesse de me trotter dans la tête...

Anyway... Repose en paix, oncle Maurice. J'ai peut-être pas pensé à lui assez souvent quand il était encore de ce monde, mais je pense beaucoup à lui et à ceux qu'il laisse derrière ces jours-ci.

Wednesday, July 28, 2010

Lego Harry Potter

J'aime bien les jeux vidéo de "Lego quelque chose". A. et moi on se les achète habituellement, parce que c'est des jeux auxquels on peut jouer ensemble.

On a commencé avec Lego Star Wars, qu'on a bien aimé. Puis, on est passé à Lego Indiana Jones qui était amusant, quoique un peu trop court. Puis Lego Batman, aussi amusant. Là, on vient de faire l'acquisition de Lego Harry Potter. À date, c'est pas mal, mais j'avoue que je suis un peu déçue. Faut dire que j'avais de hautes attentes, puisque je m'étais fait dire que le jeu était super bien cotté sur IGN.

Les points forts : Le jeu semble beaucoup plus complexe que les autres. Toujours autant de trucs à trouver et à collectionner, mais il semble y avoir une plus grande diversité de puzzle. Chaque personnage a un plus grand éventail d'habilité (tous ceux qui peuvent faire de la magie, en tout cas), même si certaines habilités restent spécifiques à certains types de personnages. Le château de Hogwarts est immense et est lui-même bourré de puzzles. C'est sympa de voir les lieux du film en lego, de même que de nouveaux endroits conçus juste pour le jeu. L'humour est toujours bien présent, et même si l'histoire est différent à la fois des livres et des films, on sourit souvent.

Les points faibles : Le jeu est plus complexe, certes, mais on s'y sent un peu perdu. Comme le château de Hogwart fait parti du jeu (et n'est pas vraiment le hub world), on perd un peu le compte de ce que l'on y a fait et de ce que l'on a manqué (les pièces où il faut revenir pour refaire les puzzles une fois que l'on a une nouvelle habilité, entre autre). Les contrôles ne sont pas toujours évident (en fait, c'est toujours aussi difficile de juger de la profondeur, et j'arrête pas de me ficher dans des trous parce que je saute à côté de la plaque). Choquant, aussi, de rester coincer derrière une plante que l'autre joueur a fait pousser et de devoir recommencer le tableau parce que l'on ne peut se déprendre. Les plans de caméra ne sont pas au point, non plus. Frustrant d'essayer d'accomplir quelque chose alors que l'écran est obstruée par une poutre du plafond... Bref, on dirait que le jeu manque de finition.

Peut-être ces aspects s'améliore-t-il avec le temps? Je vais le finir et vous revient là-dessus. :)

Spend some time with your kids!

Tuesday, July 27, 2010

It's not a parsnip. It's a carrot zombie!

C'est mon cousin qui faisait référence à ceci sur Buzz aujourd'hui. Y'en a plusieurs à propos de zombies végétaux alors...




Mais y'a aussi toutes sortes d'autres trucs.  Pour ceux qui veulent en voir plus, cliquez ici!

Saturday, July 24, 2010

Les gènes de "mère poule"...

Ô mère, pourquoi m'as-tu fait ça? Pourquoi m'as-tu transmis ces gènes-là?

Je m'inquiète beaucoup. Pour moi parfois, mais surtout pour les autres.

Hier, j'ai manqué un appel. Quelqu'un voulait me parler. Quelque chose lui est arrivé, et ce quelqu'un voulait m'en parler. Suffisamment m'en parler pour vouloir me parler tard le soir à une heure où il n'est plus vraiment convenable d'appeler. Le message se veut rassurant : "Inquiète-toi pas, y'a rien de grave. J'avais juste envie de jaser de...".

Moi? Ne pas m'inquiéter? C'est comme demander au soleil de ne pas se lever! ;oP

Et je n'ai vu le message que ce matin. Pas moyen de rejoindre la personne. Grmbl... Mon esprit s'emballe. Qu'est-ce qui se passe? Pourquoi je peux pas la rejoindre? Est-il arrivé quelque chose? La situation s'est-elle empirée?

Bon, du calme. Respire par le nez, AM. "On s'énerve pas"! Écoute tes propres conseils, pour une fois! ;)

Tiens, on se change les idées :



Thursday, July 8, 2010

Saturday, June 26, 2010

Elle est de retour...

De retour de notre périple à Prince Edward County pour notre anniversaire de mariage. Je vais peut-être en reparler ici, mais pour l'instant, je ne fais que noter un petit truc.

À notre retour, on a deux minounes qui nous miaulent après dès que l'on met le pied dans l'appartement. J'ai pitié d'elles, et je prends le temps de les nourrir pendant qu'A. finit de rentrer les bagages. Calypso se rue sur le plat et s'empiffre. Paprika, elle, continue de me suivre pas-à-pas et s'égosiller. Je la prend dans mes bras, la bécotte un peu et la sers fort fort. Après ça, Paprika est allée manger. C'est pour ça que je l'aime tant, ma petite minoune. Elle avait faim, mais elle voulait d'abord des colles... :)

Aussi, en ce moment, je suis pognée avec "The Last Train" de Cinderella dans la tête! On dira pas c'est à cause du blog de qui! ;)))

Tuesday, June 15, 2010

"I told you so", ou "AM et les plaisirs coupables"

Ce matin, je me suis permis de me lever un peu plus tard que d'habitude. Généralement, je me lève quand A. part pour le travail. Mais ce matin, j'ai été réveillée à 6h45 par les voisins d'en arrière qui faisait emporter par un gros truc le container métallique dans lequel ils jettent leur vidange de rénovations. Pas l'opération la plus discrète, mettons...

J'ai finalement réussi à me rendormir plus tard, aussi, quand le réveil d'A. a sonné, j'avais pas vraiment envie de me lever. Quand A. s'est levé, je me suis lové à sa place. J'aime faire ça, parce que le lit est tout imprégné de son odeur... Je lui ai dit au revoir à son départ, mais je suis restée couchée, et je crois bien avoir somnolé une petite demi-heure encore. Quand j'ai à nouveau émergé, je me suis rendue compte que Calypso dormait à mes pieds. J'ai remué un peu, et ai réalisé que Paprika était quand à elle couchée contre ma cuisse. C'est très rare qu'elle vient si près de moi quand je dors. Souvent, elle va se coucher au pied du lit, mais rarement vraiment contre moi. En m'étirant, j'ai amené ma main jusqu'à son épaule et je me suis mis à la flatter. Ronrons immédiat de la part de mon petit marmouscule. Elle se lève alors, et pendant un moment j'ai peur qu'elle s'éloigne, mais au contraire, Paprika embarque sur mon oreiller et vient s'accoter sur mon épaule, sa tête contre mon menton. Bonheur!

Par contre, faudrait bien que je me me lève, moi! Ça fait 3/4 d'heure qu'A. est parti et que ma journée devrait être commencée. Mais je peux pas. Je suis vraiment trop bien avec Paprika sur mon épaule comme ça. Je paresse encore un peu (ça s'intitule "plaisirs coupables", non? ;)).

Je flatte distraitement Paprika, et je me mets à réfléchir. À tout, à rien. Mon esprit vagabonde distraitement, et je passe d'un sujet à l'autre, lorsque soudain, je suis heurtée par une certitude : "Check ben ça, ça va être de ma faute, c't'affaire-là"!

En fait, je peux difficilement expliquer ici de quelle "affaire" il s'agit. Parce que je ne sais pas à quel point c'est (et à quel point on veut que ça soit) "out in the open", et que je me suis toujours fait un point d'honneur pour respecter la vie privée des gens autour de moi dans ce blog. Je dirai donc juste qu'il s'est récemment passé quelque chose entre deux personnes que je connais, et que j'ai ce matin la certitude qu'une partie de la responsabilité de ce quelque chose va passer sur mon dos.

Délusion paranoïaque? Probablement. Moi je me dis que c'est plus du "once bitten, twice shy".

Au fond, et c'est ce qui est le pire là-dedans, c'est que ça ne devrait avoir aucune importance. Ça fait un bout de temps que j'essaie de me détacher de ce genre de choses. Que j'essaie de me foutre de ce qui se dit sur moi autour. De ne pas me laisser affecter parce ce que l'on pense de moi, par ce qu'on raconte sur mon compte. Je vous en ai déjà parlé, et je trouve encore ça dure de ne pas être blessée, vexée, en colère quand ça m'arrive. En ce moment, ma défense, c'est d'en rire. De tourner ça en running gag, en joke, etc. Et ça aide un peu. Mais ultimement, je voudrais juste que ça ne me préoccupe simplement plus du tout. De ne plus m'inquiéter. De ne plus anticiper...

Mais bon, pour ce coup-ci, j'y arrive pas vraiment. Peut-être que d'ici quelques jours, je n'y penserai même plus, mais pour le moment, ça me préoccupe. Mais attention, pas de la façon dont on pourrait le croire (et j'imagine que vous me voyez venir, vu le titre de cette entrée)! En fait, j'ai juste terriblement envie d'avoir raison.

Il est là, mon second plaisir coupable. J'ai juste terriblement envie que ça vienne à mes oreilles qu'on me fait porter une partie de la responsabilité de la situation, et de pouvoir m'écrier triomphalement : "I told you so"! Ça me ferait plaisir : un gros pied de nez au monde. AM est capable d'avoir raison, des fois! En fait, c'est même pourquoi je suis en train d'écrire ce post. Juste pour avoir une preuve de mon anticipation. Bon c'est tellement flou mon affaire, que ça ne donne rien, mais bon... Comme je vous dit, je suis pas tellement raisonnable en ce moment.

En fait, cette situation, elle découle vraisemblablement d'autre chose. J'ai déjà, par le passé, vécu une situation semblable que je n'avais pas vu venir, et j'ai été inondée de reproches sur le cas. Ce qui se passe en ce moment implique aussi une personne qui m'a déjà compliqué la vie par le passé, et j'ai toujours eu l'impression que ces complications n'ont toujours été, pour plusieurs des gens autour de moi à tout le moins, que le fruit des mes torts exclusivement. En plus, l'affaire actuelle, je l'avais plus ou moins anticipée et j'aurais voulu que mon expérience influence la situation, ce qui n'a pas été le cas... Bref, cette situation vient titiller en-dedans de moi plusieurs frustrations jamais exprimées, et j'ai cette impression agréable/désagréable que, si ce que je prédis se réalise éventuellement, ça va être un baume sur toutes les autres plaies...

C'est absurde, je sais. Ça n'est pas un triomphe de mon égo qui va arranger quoi que ce soit, qui va changer quoi que ce soit. Mais deep down, j'ai juste envie d'être arrogante, d'être égoïste, d'être méchante. Juste pour cette fois. Juste parce que je me suis fait chier longtemps sur tout ce que je j'ai conté là-haut, et que là, je voudrais m'écrier : "Si j'ai raison là, j'avais p't'être un peu raison dans le reste aussi non"?

Lol! Je relis ce que j'écris et je me fais l'effet du petit chien qui jappe et qui veut toujours avoir le dernier mot... Pathétique...

En fait, et je réfléchis au fur et à mesure que j'écris (pardon, lecteurs et lectrices, pour le manque de cohérence de cette entrée!), je pense que je suis vraiment juste tannée d'être la gentille fille. Celle qui a le dos large et qui encaisse sans rien dire, en s'excusant et en excusant les autres. Ces temps-ci, y'a certaines personnes qui ont épuisé ma dose de patience qui leur était accordée, et quand il se passe quelque chose avec ces personnes-là (qu'elles me font mal ou qu'elles font mal à quelqu'un que j'aime), je me mets tout de suite en colère, je m'impatiente, je bouillonne. Pas terrible. Parce que souvent, l'offense ne "mérite" pas la réaction qu'elle génère.

Bref, ma première conclusion, c'est : "arrêter de laisser les choses s'accumuler". Vous avez compris? Quand quelque chose va me faire chier, je vais essayer de le dire tout de suite à la personne concernée! Soyez prévenu, lol! ;oP (Le pire, en fait, c'est que je sais bien que les gens qui lisent ce que j'écris ici ne sont pas ceux qui risquent de provoquer ma colère).

Ma deuxième conclusion c'est : "c'est grave de faire quelque chose de mal à AM". Parce qu'une autre partie du problème, clairement, c'est moi. Généralement, quand quelqu'un fait quelque chose qui me fait du tort (même à répétition), j'ai tendance à faire comme si de rien était. Parce que je me dis que ça n'est pas correct d'être fâchée. Parce que je veux pardonner. Parce que je ne veux pas faire mal à personne. Parce que je me dis : "laisse faire, c'est pas grave". Alors j'encaisse. J'endure. Je ferme ma gueule. Jusqu'au point où, ma foi, je finis par écrire des pages et des pages ici! ;oP Et ça n'aide pas du tout, parce que la personne qui me fait suer reste dans l'ignorance de ce qu'elle fait, et qu'elle recommence. Et que moi, je ne suis pas parfaite (je n'ai pas à l'être!), et ça m'affecte même si je ne le voudrais pas.

En tout cas... Ça commence à être vraiment le fourbis ici, alors, je crois que je vais arrêter là. Merci à vous si vous avez eu la patience de lire jusqu'ici! ;)

La seule chose que je tiens à dire, c'est que je pense que je vais quand même m'accorder mon petit plaisir coupable. Si les choses se passent comme je l'entends (et que j'en ai vent, bien sûr), je vais me le permettre, mon : "j'vous l'avais dit"! Ça n'apportera sûrement rien d'autre qu'une satisfaction malsaine, mais tant pis! Tant pis, si c'est pas raisonnable! Tant pis, si c'est pas constructif! Je suis tannée d'être toujours la gentille fille. Cette fois-ci, je me le permets. Après ça, il ne me restera peut-être qu'à le regretter, mais tant pis pour ça aussi, gnah! ;oP

Sinon, si jamais ça ne tourne pas comme je l'avais entendu, ben, il ne me restera qu'à vous pondre un "Mea Culpa" qui sera, je l'espère, plus cohérent que ce message si!

Friday, June 11, 2010

Pas beurk du tout

Aujourd'hui, je suis allée me balader avec ma meilleure amie. On est allée au Marché des jardiniers à Laprairie, puis magasiner à Saint-Bruno (ça me prenait un nouveau maillot pour cet été).

J'ai bien aimé le marché. J'ai acheté de la menthe-chocolat pour une de mes jardinières à l'arrière. SophieL et moi avons dévalisé une boulangerie. J'ai rencontré une arboriste qui tenait un petit kiosque avec plein de thés. J'en ai gouté et ai fini par en acheter 4 sortes(dont un fait avec des sakuras du Japon).

J'ai aussi acheté des craquelins de la marque "raincoast crisps". J'en avais déjà acheté, mais là, je me suis laissée tenter et j'ai essayé toutes les sortes que j'ai trouvées. Je viens d'ouvrir la boîte au romarin, raisins et pacanes, et c'est franchement délicieux! C'est satisfaisant à manger comme des chips, mais c'est beaucoup plus santé comme grignotine. La liste d'ingrédient est surprenante (pas de remplissage, que de bons ingrédients). Seul défaut; le prix. Un peu cher pour une boîte de craquelins (6,50$)! Je veux bien croire que c'est de la qualité, mais c'est quand même le double (le triple, des fois) de des craquelins ordinaires. Par contre, une partie des ventes sert à financer les athlètes Canadiens de saut à ski alors... Et puis, faut bien se gâter des fois! ;oP C'est vraiment trop bon!

Je vous laisse l'adresse du site, si jamais vous voulez essayer de trouver une place où y'en vendent dans votre coin :

http://lesleystowe.com/raincoastcrisps/about/


Et puis, je me suis trouvée deux maillots pour cette été alors, je suis bien contente de ma journée! :)

Au retour, c'était vraiment spécial. SophieL est venue me porter au métro Longueuil, et ça faisait bizarre d'entre le bruit des voitures de F1. C'était vraiment fort comme son, alors, j'ose à peine imaginer le vacarme que ça fait quand t'es proche! Faut vraiment que tu te mettes des bouchons d'oreilles quand t'es sur le site!

Beu-eu-eu-eu-eurk!!!

Des fois, tu croises des gens vraiment dégueulasses!

Dans le métro, tantôt, y'a une femme à côté de moi. Je dis femme, mais franchement, je me suis posée un moment la question "femme ou homme?". Anyway, elle se tient debout à mes côtés, et on s'accroche au même poteau pour ne pas perdre l'équilibre lorsque le métro joue à arrête-repars. Je la vois soudain se foutre l'index dans le nez, et commencer à tripatouiller là-dedans. Apparemment insatisfaite du résultat, elle change pour le majeur, puis l'annulaire, puis le petit doigt. Sérieux, ça levait le coeur de la voir aller, et ça n'en finissait plus! Et moi, je regarde son autre main qui frôle la mienne sur le poteau depuis tantôt (parce que, j'ai beau me replacer sans cesse pour ne pas qu'elle me touche, elle trouve toujours moyen de bouger et de me frôler)...

Sérieux, je suis pas le genre à capoter microbe et tout le kit, mais en sortant du métro, la première chose que j'ai fait, c'est que je me suis passé les mains au Purel (une chance que j'en avais sur moi!). C'était viscéral, fallait que je me lave les mains! Beurk! Beurk! Beurk!

Monday, June 7, 2010

Non mais là, ça devient pathétique...

En fait, ça fait 10 jours que je me réveille systématique entre 5h et 6h d'un cauchemars. Le genre de rêve suffisamment intense pour m'empêcher de me rendormir ensuite. Sérieux, dans les deux dernières semaines, des nuits sans cauchemars, j'en compte 3. Des nuits de 8h, donc, j'en compte 3. Je commence à m'en ressentir.

Et puis, ça commence à drôlement m'énerver! Cercle vicieux, vous allez me dire, puisque s'énerver, c'est un des meilleurs trucs pour mal dormir... Mais hier soir, j'étais vraiment certaine que j'étais repartie pour une bonne nuit. A. et moi on s'est tapée la parfaite journée cocooning, avec petit déjeuner au lit, jeux vidéos (Zelda) et petits movies (thatguywiththeglasses.com). Ajouter à ça quelques crises d'affection de Paprika et ledit petit chat qui s'endort à vos pieds le soir et vous avez une belle journée reposante et relaxante au max. Résultat : me voilà finalement debout après moins de 5h de sommeil, à me lamenter ici.

C'est pas que je n'ai pas l'habitude. Depuis que j'ai 11-12 ans (et même plus jeune, je crois), j'ai l'habitude de faire des cauchemars. Systématiquement. Au moins 1 ou 2 fois par semaine. Mais en général, c'est le genre de truc où tu te réveilles, tu te sens bizarre, tu rouspètes un peu, tu tournes 3-4 fois puis tu te rendors. Rien de bien bien fatigant (littéralement). Mais ces jours-ci, c'est plus le genre de rêve d'où l'on se réveille tout en sueur, ou encore en sanglots, ou avec l'impression d'avoir un bloc de ciment qui s'enfonce dans sa poitrine. Bref, pas très agréable...

Au menu en général : le zombie. J'aime pas les zombies. Amenez-moi des monstres, des fantômes, des loup-garous, des vampires, des extra-terrestres : pffffff! M'en fous. Mais le gémissement plaintif d'un zombie : brrrrr... Et encore, le zombie intelligent, déformé, surpuissant, y m'énerve pas vraiment. Mais la créature mindless, implacable, dévorante... Ça c'est plus le genre à me faire angoisser.

Sinon, c'est les papillons de nuit, les deuils, les tortionnaires... Joyeux sujets, non? ;oP

Je sais pas trop ce que je vais faire. Là, je pense que je vais aller me recoucher. Peut-être que de m'être abondamment épanchée ici va au moins m'acheter quelques heures de sommeil encore? Sinon, je vais peut-être me claquer une bonne séance de Resident Evil (cuire quelques zombies à coup de lance-roquette, c'est peut-être ce que ça me prend? ;)).

Monday, May 31, 2010

Breton, je dis...

J'ai un Breton chat, je dis. Ma petite Paprika aime boire de l'eau chaude (même pas de nuage de lait!). Quand je vais prendre mon bain, elle se faufile entre mes pattes et veut absolument rester avec moi. Je me fais couler un bon bain bien chaud, et dès que je me sauce, elle vient sur le bord de la baignoire, embarque sur mes jambes et se met à boire l'eau du bain, et abondamment, à part ça. Quel chat!

Thursday, May 13, 2010

Ah... Facebook!

J'aime bien Facebook. J'y trouve plein d'avantages. Entre autre, ça me permet de garder le contact avec des ami(e)s que je ne vois pas aussi souvent que je le voudrais, ça me permet de me distraire (vive Restaurant City! ;)), ça me permet de joindre des groupes qui ont des intérêts semblables aux miens, etc.

Par contre, j'assume toujours que mon Facebook est un espace public, et qu'il faut le traiter comme tel. Et là, je parle de MON Facebook, mon profil, mon mur, mon news feed (pas du reste de Facebook, où l'on découvre des atrocités dont je ne veux pas faire état ici; groupes racistes, extrémisme, etc). Je parle de mon petit coin de Facebook à moi, pas du phénomène en général.

Donc, je considère que ce petit morceau du cyberespace est un espace public. Oui, je peux bloquer/cacher des gens et mettre des choses "privées", mais une partie de ce que j'affiche reste accessible à tout le monde que je connais. Et des fois, il me passe sous le nez des choses que j'ai pas nécessairement envie de savoir ou de voir. C'est un espace public, Facebook. Si telle personne choisit de décrire les symptômes de son virus, ou telle autre personne y met des photos ridicules, j'y peux rien. Je l'accepte. Au pire, si une personne s'obstine à mettre des choses qui me déplaise, je la cache. C'est tout. On s'énerve pas.

Mais là, je vois plein de monde autour de moi qui s'énerve avec les trucs du Canadiens. C'est vrai que ces temps-ci, les soirs de matchs créent une volubilité facebookienne impressionnante, mais moi, ça me plaît. J'ai hâte, après la game, d'aller voir les commentaires des gens sur le match, de lire leurs impressions, et de partager leur joie ou leur déception. Je découvre que des ami(e)s sont fan du CH alors que je ne le savais pas, et ça me fait sourire. Sauf que là, j'ai des ami(e)s qui se lamentent que l'abondance de commentaires sur le Canadiens, c'est chiant, qu'il faut que ça arrête, que ça pollue leur espace, etc. Et là, c'est les trucs d'enfants boudeurs : "Je vais prendre pour l'autre équipe juste parce que je suis écoeuré(e) de voir vos conneries"! Grmbl...

J'imagine que la chose à faire, c'est juste de les ignorer, d'arrêter de lire leurs chialages (et c'est bien ce qu'eux devraient faire, arrêter de lire les trucs sur le CH, si ça les agace). Mais ça me bogue quand même. Juste parce que personnellement, je sais bien que tout ce que je mets sur Facebook ne va pas faire l'unanimité (j'ai su qu'on me le reprochais parfois), ne va pas nécessairement plaire à tout le monde, et je l'accepte. Je fais pas exprès pour écoeurer le monde (pas que ça ne m'ait pas déjà tenté! ;)), mais si j'ai envie de mettre un status sur mon enthousiasme par rapport à une équipe que j'aime, je vois pas pourquoi je m'en priverais. Et ce qui me choque, en fait, c'est que y'a du monde qui pense que je devrais m'en empêcher! Que je devrais me priver d'un petit plaisir pour satisfaire leurs critères. C'est pas comme si je tenais des propos qui mériteraient de soulever l'indignation... Non. Je fais juste parler de ce que j'aime. C'est à ça que ça sert Facebook, entre autre, non? À partager des trucs que j'aime avec mes ami(e)s? Et bien, sachez que je vais pas me gêner pour mettre ce que je veux dans mon status! Ceux qui sont pas content, ben, ils me cacheront! ;)

My two cents!

Thursday, May 6, 2010

Hello, I'm the Nostalgia Critic...

I remember it, so you don't have to.


Ces temps-ci, A. et moi on écoute les vidéos du Nostalgia Critic, sur le site "That Guy With The Glasses.com". Y'a plein de choses à regarder sur le site, des tonnes de vidéos par des tas de gens : revues de film, de jeux vidéos, délires, etc. Mes préférées restent les critiques du Nostalgia Critic (j'aime bien celle de la Nostalgia Chick, aussi). Bon, j'avoue que c'est pas toujours hyper constructif comme truc, mais ça nous permet de nous replonger dans des vieux films, de vielles émissions, et même si on ne connait pas les trucs proposés, c'est tout de même vraiment hilarant! A. et moi on est parti des premières critiques et on remonte. Parmi les meilleures, à date : Ferngully, Casper, Alone in the Dark, Battlefield Earth, Star Wars Holiday Special (c'est grâce à cette critique qu'on a connu le site, merci A. DeB! ;)).

Comme introduction, je vous propose :

Teenage Mutant Ninja Turtles : the movies

Enjoy! :)

Thursday, April 8, 2010

Duo

D'abord, je mets ici un vidéo que j'ai vu sur le blogue de mon ami Cyberyan, et que j'ai bien aimé. Nostalgique, faites-vous plaisir :


PIXELS by PATRICK JEAN.
envoyé par onemoreprod. - Découvrez plus de vidéos créatives.


Sinon, une toute petite note : vous êtes Microsoft, vous avez 60 plus de milliards de dollar de revenus par année (selon Wiki) et vous lancez en grande pompe votre nouveau système d'exploitation avec des annonces qui ciblent, entre autre, le public Européen. Pourquoi vous ne vous payez pas quelqu'un qui sait VRAIMENT écrire le français? Le purE café, c'est pas fort!

Wednesday, April 7, 2010

Nom de nom...

Des fois, faut pas donner son nom à son entreprise. Ex : Les salons funéraires Guay. C'pas drôle! ;oP

Tuesday, March 23, 2010

Des fois...

...je comprends vraiment pas les gens. J'écoute une émission sur la cuisine française. On prépare des anguilles au vin rouge et aux champignons. Et là, on nous explique que les anguilles sont en voie d'extinction, et que d'ici 30 ans, il n'y en aura plus une seule!

Hello!!!! Qu'est-ce que vous faites, alors, à nous présenter une recette d'anguille? Vous voulez nous encourager à contribuer à leur extinction?!?

Bande de...

C'est un peu comme la *$&%?*$* de soupe aux ailerons de requin. Y'a déjà assez des asiatiques qui ne peuvent arrêter d'en manger, vous allez quand même pas vous battre pour que ça devienne une mode en Amérique aussi?!? Et les requins, là-dedans? Et la planète?

Grmbl...

Pour ça, j'aime bien Ricardo. Ça fait deux fois qu'il parle de se responsabiliser en tant que consommateur, et de choisir des poissons dont la population est stable, ou qui viennent de cultures qui respectent l'environnement. Bravo! C'est encourager une bonne habitude de consommation!

Sunday, March 21, 2010

Domville

En fait, ils voulaient dire "Dumbville", mais ils savaient pas comment ça s'écrivait! ;)

Tuesday, March 16, 2010

Être trop fatiguée...

...c'est comme ne pas l'être assez. Dimanche soir, c'était la dernière journée pour la correction des règles de Bélé et A. et moi on a donné un blitz. Avec tout ça, on s'est couché passé 1h30! Inutile de vous dire que ce matin, le réveil a été difficile. Ce soir, on s'est dit qu'on se rattrapait, et à 11h, on était au lit tous les deux. C'est peut-être tard pour certains d'entre vous, mais pour nous, c'est plus courant de se coucher vers 12h alors... Mais bon, et là j'ai l'impression d'être aussi prévisible qu'un scénario hollywoodien, après 1h à tourner à gauche et à droite sans réussir à s'endormir, me voici de nouveau debout! Grmbl... Pourtant, toute la soirée. j'ai lutté pour ne pas m'endormir! Et là, je me couche et, rien à faire, les deux yeux ne veulent pas me fermer... Je suis donc allée m'installer dans le salon et lire un peu, dans l'espoir d'être à nouveau assaillie par le sommeil, mais devant mes efforts infructueux, je me tourne à nouveau vers ce blog pour m'épancher.

Je vous parlerais bien des derniers films que j'ai vu, mais je ne sais pas si c'est une bonne idée... Ça vous donne une idée d'à quel point ils étaient bons! ;) Tant pis, allons-y quand même :

Je commence avec Excalibur, parce que justement, ça n'est pas un mauvais film. Je l'avais vu étant petite et m'en souvenais vaguement. A. ne l'avait jamais vu, lui, aussi on l'a emprunté à mon amie SophieL. Ce film représente vraiment l'idée que Monsieur-tout-le-monde se fait du moyen-âge fantastique : chevalier en full plate bien luisante, magicien mystérieux, honneur et romance... Bien que totalement absurde du point de vue historique, cela garde tout de même un certain charme. Le acting n'est pas extraordinaire, le casting non plus (Lancelot a tellement l'air du gentil-garçon des années '80), mais ça ne dérange pas le spectateur au point de le faire décrocher. Et puis, quand on a l'image de Kaamelot dans la tête, c'est juste mourant de voir Léodagan joué par Patrick Stewart! ;) Un truc qui bogue un peu, c'est que le rythme est assez lent et l'histoire un peu décousue. La fin du film est un peu "psychédélique", mais bon... Reste de trips d'acide des années '70?

Reste que c'est un petit plaisir de voir l'histoire du roi Arthur telle qu'on la connaît se dérouler sous nos yeux. Certaines scènes sont bien réussies (le moment où Arthur est fait chevalier, entre autre), et c'est un film que l'on apprécie malgré ses petits défauts qui viennent surtout de fait que le film a mal vieilli.

Sinon, je me pose encore la question : "Comment on fait pour baiser avec une plate mail sur le dos"? ;)

***

Pour rester dans le thème de la légende arthurienne, nous avions aussi emprunté le DVD de "King Arthur", mais là j'avoue que c'est beaucoup moins réussi. La prémisse de base est intéressante : camper la légende d'Arthur dans un contexte historique. Par contre, cette prétendue histoire vraie (et on s'entend que, justement, les historiens ne s'entendent pas sur qui pourrait être le Arthur de la légende) intègre le chevalier Lancelot, alors que l'on sait clairement que le personnage a été inventé au 15e siècle pour rendre l'histoire plus romanesque. D'ailleurs, même si on admet qu'on a décidé d'ignorer les critères historiques, les chevaliers choisis pour représenter les héros de la table ronde ont été sélectionnés plutôt arbitrairement. Perceval n'est même pas dans le film, alors que Galahad (le fils de Lancelot) fait parti du lot et à le même âge que son "père". Bon, c'est des détails, vous me direz. La légende arthurienne, y'en a tellement de version qu'on ne peut pas vraiment dire qu'elle compte des absolus (comme le "hitchhicker's guide!)... Ok.

La première scène de combat du film est interminable (j'ai vu la version director's cut alors, c'est peut-être pour ça?). On se dit, c'est le départ, on veut nous en mettre plein les yeux, mais malheureusement, le combat de la fin est de la même trempe alors.

L'histoire plus terre-à-terre fonctionne jusqu'à un certain point (et encore, il y en a si peu, d'histoire...), mais comme on a décidé d'enlever tout élément fantastique de l'histoire pour en faire une "fresque historique", on se retrouve avec le problème qu'il ne reste de la légende arthurienne que les noms des personnages et un vague contexte historique.

Le développement des personnages est boiteux, l'histoire assez arbitraire et quasi-inexistante, le film est bourré d'anachronismes. Certaines scènes d'action sont intéressantes, mais totalement irréalistes. Comme point positif, je dirais que les paysages sont par moment magnifiques, on sent un certain souci artistique dans la façon dont le film est filmé, et pour une fois, l'histoire d'amour entre Guenièvre et Lancelot n'est pas le point capital de la trame.

Bref, dans l'ensemble, c'est très "bof". Si vous aimez les grandes scènes de combat, ce film est pour vous! Sinon, ben, c'est pas nécessairement mauvais, mais y'a plein d'autre bons films à regarder avant lui!

***

"Sinbad and the Eye of the Tiger". ÇA, c'est un mauvais film (et c'est pas parce que c'est Rocky contre Sinbad, ça aurait probablement été meilleur)! On a emprunté à notre ami S. un coffret de DVD de Sinbad, surtout parce qu'A. aime bien les vieux films de stop motion. Le premier du coffret : "The Voyages of Sinbad" n'était pas mauvais. Bon, il avait les défauts des films des années 60', mais si c'est quelque chose qu'on accepte de prime abord, c'est un bon divertissement. Le deuxième : "The Golden Voyages of Sinbad" était déjà un peu moins bon, mais le troisième... OUF! Vous savez, c'est le genre de film qui est tellement mauvais qu'on vient qu'on ne l'écoute que pour passer des commentaires sur ce qui ne fonctionne pas dans l'histoire. Tout est raté! Sinbad a l'air d'un gars des Beegees, et son équipage est composé d'attardés mentaux. La méchante n'est jamais menaçante. Le grand sage mystique est con comme ses pieds. Les deux filles du film sont là pour être en bikinis. Les décors sont merdiques. La fin est anti-climactic... Bref, c'est de la merde! Et si vous vous dites que ça doit être tellement mauvais que c'en est bon, détrompez-vous! C'est pas le cas!

***

Bon, c'est tout pour l'instant! Je vais retenter ma chance avec le sommeil!

Tuesday, March 9, 2010

Y fait beau, y fait chaud!

J'ai hâte à l'été, ça paraît? Aujourd'hui, je suis allée au Marché et à la chocolaterie. On était vraiment bien dehors, au soleil. J'ai fait le saut, par contre, parce que j'ai vu une madame en sandales! Je veux bien croire que le temps s'est adoucie, et qu'on a hâte au beaux jours de l'été, mais y'a quand même des limites! Ça me faisait penser à Peppermint Patty dans Charlie Brown qui se promène en sandales dans la neige...

Thursday, March 4, 2010

C'est une conspiration!

Ouais, bon... N'importe quoi! ;)

En fait, je suis juste vexée. Je suis pas très en forme, ces temps-ci. On dirait que je couve perpétuellement une grippe, je suis fatiguée, fiévreuse, congestionnée et j'ai une toux qui veut pas me ficher la paix. J'essaie de me reposer, mais j'y arrive pas. Le sommeil me fuit. Ça faisait longtemps, pourtant, que j'avais pas eu de période d'insomnie (ce blogue en a souffert, d'ailleurs! ;)).

Là ce soir, je me dis : "Je me couche tôt, et je rattrape du sommeil"! Évidemment, ça veut dire que Paprika va me réveiller cette nuit. Quand je me couche aux petites heures et que je me fous de bien dormir ou pas, elle me réveille pas, mais là, j'ai besoin de plus que 5h de sommeil cette nuit, alors c'est clair qu'elle va me faire la super crise d'affection et venir se frotter dans ma face à 2h du mat'! C'est ce qu'elle a fait, bien sûr. Je l'ai repoussée distraitement, à demi-éveillée, et elle est revenue se frotter. Éternuements répétés. Respirer du poil, ça fait ça. Mais bon, après elle s'est gentiment couchée sur moi, et je me suis rendormie.

Mais là, à 4h30, y'a un de nos posters qui décroche! Le genre de petit bruit sec qui vous réveille en sursaut à la perfection. Y'a pas que moi que ça réveille; Paprika aussi. En moins de deux, elle attaque cette feuille de papier qui se trouve au milieu du chemin et qui l'a réveillée (pour jouer, sûrement). Ça me tire du lit, évidemment. Ramasse le chat, ramasse le poster... Et là, ben je suis debout. J'ai le coeur qui me débat encore (je devais me claquer un mauvais rêve, quand je suis fiévreuse, ça m'arrive tout le temps de faire des rêves inintéressants). Je suis complètement réveillée. Je me rendormirai pas, c'est sûr...

Oh well! Qu'est-ce que je fais alors? Je reprends mes bonnes vieilles habitudes et je viens m'épancher ici. Voici donc quelques observations en vrac, pour faire passer le temps en attendant (je l'espère) que le sommeil me réclame à nouveau (si c'est pas le cas quand ça sera fini, z'inquiétez pas, j'ai de la lecture en masse! ;)) :

La pub : Un de mes sujets préférés! En fait, y'a une annonce ces temps-ci qui passe à peu près à tous les jours pendant Ricardo (donc je me la tape quotidiennement). C'est d'ailleurs chiant, ça! On dirait que pendant Ricardo, c'est toujours systématiquement les mêmes annonces (à chaque pause et à chaque jours!). Pas assez de sponsors? En tout cas, moi la pub, je sais pas si elle m'influence "dans le bon sens", mais je sais que quand je vois une annonce qui m'énerve, je prends en note le produit et je fais bien attention à ne jamais en consommer! Alors, noter le bien, avant que j'essaie les petits gâteaux Igor, va falloir qu'on change radicalement d'approche publicitaire!

L'annonce met en scène une femme, prise dans une minivan (pour faire plaisir à Jehan! ;)), coincée dans le traffique. Elle est exaspérée, c'est clair que ça fait longtemps qu'elle est là et que ça avance pas. À l'arrière, elle a ses deux enfants qui se chamaillent. Et là, pas des touts petits à qui on pourrait peut-être passer d'être tannant (et encore). Nenon! Deux jeunes d'une dizaine d'années, qui comprennent très bien la situation. La fillette se plaint : "Maman! Y'arrête pas!". La mère se fâche : "Heille là, ça suffit vous deux"! On sent que c'est pas la première fois qu'elle le dit (ou qu'elle doit intervenir, anyway). Le garçon et la fille baisse les yeux, puis le gamin envoie une autre claque à sa soeur qui se lamente encore. Soudain, la musique change, et dans l'espace au pied du passager, on voit Igor, la mascotte des produits du même nom. "Igor?" s'enquit la mère. On voit à l'arrière le jeune qui regarde sa soeur et qui répète "Igor?" (c'est beau, on a compris le nom de la marque!) avec sur le visage l'air de dire : ça y est, la mère déraille encore! Ledit Igor, singe anthropomorphisé, tend à la maman deux trucs genre "barres tendre". La maman les prend, puis les refile à ses enfants à l'arrière qui, contentés, se tiendront bien sages pour le reste du trajet, on comprend.

Moi, ça me fend! Vos enfants se crissent de vous, se manquent de respect mutuellement et ne vous respecte surtout pas non plus? C'est pas grave! Récompensez leur comportement inacceptable! Gâtez-les, et ils vous fouteront la paix! Grmbl... Je sais pas ce que je ferais si j'étais pognée dans une voiture avec deux petits monstres, et j'imagine que tout le monde à le goût de temps en temps d'acheter la paix plutôt que de régler le problème. Mais ça me décourage quand même...

Les annonces de maison je-ne-sais-plus-quoi où l'on personnifie les modèles de maison comme si c'était des personnes qui se décrivaient pour une agence de rencontre. Pas que ça me dérange temps que ça (c'est une idée comme une autre; est-ce que s'en est une bonne, je sais pas). Ce qui me fait grincer des dents c'est quand maison-féminine-X se décrit comme ayant "un petit côté casanière". C'est masculin, côté! Et le masculin, c'est CA-SA-NIER!

À RDS, on annonce en grande pompe le retour de la F1 avec la chanson "Grand champion". J'aime bien l'idée. Le contraste avec la F1 qui se prend tellement au sérieux, et la chanson bon enfant des Trois Accords, ça me plaît. Le hic, c'est que ça reste dans la tête! Ça fait une semaine que je chante ça périodiquement. J'ai bien essayé de combattre avec "the bird is the word" ou "they're taking the Hobbits to Isengard", mais y'a rien à faire. C'est un peu comme quand y'avait le tournoi de hockey junior en Saskatchewan... Merde. Devinez ce qui se coince dans ma tête, là! ;)

Parlant de truc qui se coince dans la tête, l'annonce de yogourt "Source" ne donne pas sa place (elle aussi, elle fait partie de la cohorte de Ricardo!). Vous savez, celle de la femme en grande robe qui danse et chante en compagnie de quatre butlers qui lui présentent les saveurs dudit yogourt. Elle aussi, je la chante tout le temps! Je voudrais tellement être moins perméable au jingles. Je la trouve fatigante, d'abord, parce que la fille porte de grands gants, et que dans son maniérisme, on semble nous suggérer à un moment qu'elle se trempe un doigt dans un des pots pour y goûter. Avec des gants? Pas une bonne idée! Sinon, quand un des majordomes lui apportent un plateau de "citron-meringue", sur son plateau, c'est encore le "trio melons" de tantôt! C'est juste que, tant qu'à faire une annonce super léchée comme celle-ci, me semble que c'est le genre de détails auxquels tu devrais faire attention?

Les biscuits soda. Celle où l'on voit des bols de soupe qui deviennent explosifs au moment où on y lance lesdits biscuits. Je n'ai rien contre. Visuellement, elle est bien fait, le parallèle avec les feux d'artifices est bien... C'est juste que quand je la vois, la seule chose à laquelle je peux penser, c'est à la pauvre personne qui va avoir à nettoyer toute cette soupe! ;)

Cormoran : Ben oui, je l'écoute. Ça passe à Art TV sur l'heure du midi, et comme je peux pas me farcir Anne-Marie Dussault sur l'heure du midi (de toutes façons, je suis déjà assez déprimée comme ça, pas besoin de savoir tout ce qui va mal dans le monde!), mon dîner, je le mange devant ce vieux téléroman québécois. En fait, je l'écoute pour deux raisons. D'abord, parce que ma grand-mère l'écoute (c'est elle qui m'en a parlé), et que j'ai envie d'en jaser avec elle. Ensuite parce que quand j'étais petite (j'avais 12-13 ans quand ça a passé la première fois), je l'ai écouté avec ma mère et ma soeur. Ça ne m'avait pas fait trippé, mais j'avais pas trouvé ça mauvais non plus. Et puis, c'était le fun d'avoir une soirée par semaine avec ma mère et ma soeur pour suivre un truc ensemble.

En le revoyant, mon sentiment est le même. Pas mauvais, mais pas à tomber sur le dos non plus. Ce qui est le plus plaisant, c'est surtout de le revoir avec des yeux d'adultes. Quand j'étais pré-adolescente, y'a ben des trucs que je ne comprenais pas vraiment. Là, je capte des subtilités que je ne pressentais pas dans le temps.

Ça n'a pas hyper bien vieilli. Le acting est pas terrible. Les trames sont intéressantes, et l'aspect historique de juste avant la deuxième guerre mondiale l'est aussi. Les personnages sont des archétypes gros comme le bras, mais plus l'histoire avance, plus on les raffine. C'est pas encore super au point, mais c'est moins caricatural qu'au début. Bon, j'aurais étampé dans un mur le personnage de Bella Cormoran depuis longtemps, et je trouve pas vraiment crédible la situation autour d'elle, mais bon... Ça fait une histoire intéressante. C'est drôle aussi, parce que même si j'ai souvenir de ce qui va se passer dans son ensemble, je redécouvre des choses : "Ah oui! Je me rappelle maintenant, untel va finir avec unetelle". Ça fait drôle aussi de revoir certains acteurs Québécois plus jeunes, quoique je ne crois pas qu'il y en ait beaucoup qu'on ait vraiment revus au petit écran après ça. Des fois, par contre, je décroche. Y'a de longues scènes complaisantes, ou qui essaient d'être "intenses", ou "spirituelles", et c'est complètement raté. Là je me dis : "Pfff... Je ne le regarderai plus". Mais le lendemain, après Ricardo, je vois la tête d'Anne-Marie Dussault et je me dis : "1h de ça? Je peux pas"! Alors, ça me fait une excuse pour me remettre au téléroman. ;)

6h du mat'. Ça fait presque 1h que j'écris. Dehors, on devine l'aube. Je ne me sens pas vraiment fatiguée, c'est ça le pire. Pourtant, j'ai dormi quoi... 4h30? Entrecoupé. Grmbl... Je vais être belle demain!

Je vais aller m'emmitoufler dans une doudou, sur le divan, et je vais lire un peu. On verra bien. Je suis en train de lire un livre de recettes de soupes. À cette heure-ci, j'avoue que le roman, ça me tente moins (j'ai besoin de toute ma concentration pour le lire, celui-là [j'ai pas encore fini, non!]; là, on est en veille de voir des pyramides sur Mars, alors, je sais pas si je vais avoir le courage de le finir!).

Paprika regarde par le fenêtre dehors (quand je jette un oeil vers elle, elle se tourne vers moi et me dévisage, bien sûr). Je vous ai parlé de sa fascination pour l'eau? Elle est vraiment obnubilée par l'élément liquide. Quand on se fait couler un bain, elle saute dans la baignoire et essaie d'attaquer l'eau. Elle coure les gouttes qui glissent sur le bord du bain, veut toujours grimper sur les comptoirs quand on ouvre un robinet, et requiert toute mon attention quand je fais la vaisselle. Je l'aime, mon p'tit chat, même si c'est un petit monstre! Calypso doit dormir avec A., elle. Je l'envie! ;)

Bonne nuit, ou plutôt, bon matin...