Tuesday, November 18, 2008

Sceptique

Je suis une sceptique. Vraiment. Toutes ces histoires d'extra-terrestres et d'OVNI, de fantômes, de monstres, de possessions, de pouvoirs psychiques/medium/spiritisme/spiritualisme, d'horoscopes, d'auras, d'énergies, de vies antérieures, d'afterlife, etc, je n'y crois juste pas. Je ne dis pas qu'il ne se produit pas des choses que l'on ne comprend pas dans ce monde. Mais avant de dire que les bruits mystérieux dans une maison sont le résultat d'un poltergeist, il y a des limites! Il y a tout plein d'explications réalistes fort plausibles qu'il faudrait envisager avant. Et même si aucune des explications rationnelles n'est applicable, je continue de croire qu'il s'agit de simples phénomènes physiques/chimiques/biologiques/météorologiques/psychologiques ou autres que l'on a pas encore découverts/compris.

Pourquoi je vous parle de cela subitement? Parce que j'ai vu l'autre jour à la TV un épisode de dossiers mystères. Est-ce un élan de nostalgie qui m'a poussé à regarder? Probablement. Mais précisons ici qu'il ne s'agissait pas de l'émission de mon enfance (pitoyable traduction d'une émission américaine forte de sensationnalisme et d'irrationalisme prononcé issue des années '80), mais plutôt d'une version québécoise récente presque objective (presque étant peut-être ici un bien grand mot).

Or, dans cette émission, on nous parlait de spiritisme, qui fut très à la mode à la fin du 19e et au début du 20e siècle (on a qu'à penser à Mackenzie King ou Sir Arthur Conan Doyle). On nous présentait un médecin Canadien, Thomas Glendenning Hamilton, qui a fait des recherches supposément empiriques sur le spiritisme. Ses documents sont surtout photographiques (preuves bullet-proof, bien sûr, puisqu'une photo, ça ne se truc pas! ;)). Je suis cynique, c'est vrai. Peut-être Monsieur Hamilton était-il convaincu de la justesse de ses expériences, peut-être croyait-il vraiment avoir affaire à des médiums véritables, mais tant qu'à moi, s'il n'est pas derrière tout ça, il s'est vraiment bien fait avoir (J'ai un cousin qui est magicien, et croyez-moi qu'avec pas grand'chose, il peut me mener en bateau alors...). Quand on veut croire à quelque chose, on dirait qu'on oublie son sens critique...

Un des trucs qui m'agace le plus (parce qu'il y en a plein, des trucs qui m'agacent, mais comme je ne veux pas devenir assomante, je me limite à un), c'est ces histoires d'ectoplasmes, l'ectoplasme étant une substance à consistance variable émise par le corps du médium alors qu'il/elle est en contact avec des êtres/forces de l'au-delà. D'abord, depuis que ça n'est plus à la mode, les médiums n'en produisent plus, de l'ectoplasme, mais surtout, sur les photos à tout le moins, ça ressemble beaucoup plus à du papier chiffonné, des morceaux d'ouate ou de tissus humides, des gants (!), des photos frippées, etc, qu'autre chose (ça a VRAIMENT l'air fake). Mais là où je grince encore plus des dents, c'est quand je constate qu'au cours des expériences d'Hamilton, personne n'a seulement pensé à prendre un échantillon de la chose pour l'analyser ensuite (méchant coup dur pour la crédibilité du docteur, si vous voulez mon avis [il savait bien trop que c'était de la dentelle, littéralement]).

Mise en situation : Admettons que je suis Hamilton et que mon but est vraiment de donner de la crédibilité et de valider la recherche scientifique dans le domaine parapsychologique de façon irréfuttable, même pour un scientifique. J'organise une séance dans la pièce que je réserve à cet effet, et qui est verrouillée en tout temps pour éviter qu'un médium ne "prépare" la pièce. J'ai demandé à ce que l'on fouille à son arrivée la médium qui vient ce soir, de façon à m'assurer qu'elle n'a rien dissimuler sur elle qui pourrait servir à "truquer" la séance, et on vient de m'assurer que cela a été fait et que tout est prêt. J'entre dans la pièce, vérifie mon équipement photographique et donne le OK pour que la séance commence. La médium entre en trance, et demande que l'on éteigne les lumières. Elle émet quelques instants plus tard un gargouillis étrange. Je prends une photo et, dans l'éclair du flash, je vois qu'il sort de la bouche de la médium une substance ectoplasmique. Mon réflexe devrait être d'accourir vers elle et de prendre un échantillon de cette substance, non? D'abord, ne serait-ce que pour en évaluer la texture/température/odeur/etc pour ma documentation, mais aussi, parce que je veux une preuve irréfutable, et qu'une batch de "genuine ectoplasmic goo" devrait provoquer l'onde de choc que je recherche. L'analyse d'une telle substance devrait être des plus palpitantes (je suis médecin, après tout), et même s'il s'agit d'une arnaque (que c'est de la ouate ou autre), j'en sors quand même gagnant car je sais d'amblée que ma médium en est une fausse et je la retire de mes expériences pour toujours. Et même si la substance ectoplasmique disparaît quand j'essaie de la manipuler, quand elle est exposée à la lumière, quand la médium sort de sa transe, ou s'évapore 24h après que je l'aie mise en pot, j'ai encore là au moins un fait à documenter dans mes recherches!

Me semble que c'est logique, non?

Un peu de sensationalisme, pour finir (et pour vous faire voir des bouts de tissus joliement agencés! ;)) :

2 comments:

Sofy said...

J'aime ça quand tu chiales. Ça fait des bons posts ;)

Mimi said...

Je considère cela comme du divertissement. Y'a rien de vrai ou de logique là dedans.